L'art des potins ; Là où propager des rumeurs est un art à part entière



 
AccueilAccueil  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Elise Julie Newman « J'ai jamais eu l'impression de te manquer et je crois qu'à force, t'as arrêté de me manquer aussi »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Elise J. Newman

avatar

▬ Messages : 16
▬ Age : 23


;Tu personaje.
▬ Fiche relation:
▬ Métier/Etude: Etudes de médecine
▬ Phrase du jour : Tu sais jamais à quel point tu es fort, jusqu'au jour où être fort est ta seule option.

MessageSam 9 Mar - 2:38

Elise Julie Newman
feat. Shelley Hennig

Nom complet : Elise Julie Newman  ϟ Date de naissance : 12/03/1994 ϟ Origine(s) et Nationalité(s) : Franco-Ukrainienne ϟ Métiers/Études : 1ère année de médecine ϟ Objet Fétiche : Un collier avec un cœur et une bague. ϟ Statut : Célibataire ϟ Revenus : Aisé grâce à Papa (a) ϟ Groupe : Sportif ϟ
Il était une fois ...




Moi c'est Elise ... Mais beaucoup m'appelle Lise ou Lily, personnellement je préfère Lily. Je suis née à Versailles en ile de France, le 12 mars 1994, ne vous y confondez pas, dans le quartier riche. Je suis Ukrainienne d’origine, ma famille est d’ailleurs là bas. Je n'ai pas trop eu le temps de connaître Versailles car mon père a eu une promotion et nous sommes allés sur Paris chic. J'ai un grand frère, il s'appelle Gregory, mais tous le monde l'appel Greg, il a 6 ans de plus que moi et on s’est toujours bien entendu lui et moi. Notre famille n’a jamais été très soudée à la base, mon père travaillait beaucoup et n’étaient jamais à la maison. Ma mère elle était chez nous mais partait beaucoup en voyage nous laissant mon frère et moi avec une nourrice. Mais je ne m’en rendais pas vraiment compte…

Je suis rentrée à l’école en maternelle et je n’ai pas eu de mal a me faire une place sur les bancs de l’école … A vrai dire c’était assez simple et quand j’avais un problème, j’avais la chance d’avoir un grand frère. Nous vivions à la maison avec une jeune fille au père là pour nous garder et veiller sur nous dans notre quotidien.

Je suis ensuite tombée malade, à 6 ans, j’ai eu une leucémie qui est une maladie dans le sang, aussi appelée un cancer. On a dit a mes parents que je ne passerais pas mes 10 ans … J’ai passé beaucoup de temps a l’hôpital en enchainant les chimio malgré mon jeune âge, et autres procédés, mon père a déplacé des montagnes pour me guérir, il a même arrêté son travail un temps jusqu’à ce que ma mère parte vraiment avec son coach sportif ou je ne sais qui. Mon père a vraiment été malheureux mais c’est toujours battu, il a reprit un travail pour que nous puissions vivre faisant des heures pas possibles pour pouvoir tous payer même si ce job ne lui plaisait pas et que nous avions tous perdus. J’ai finis par guérir même si on a dit a mon père que les rechutes étaient possibles, il était plus heureux que quiconque. A partir de 11 ans j’ai alors repris une vie normale … Sans ma mère, notre famille s’est peu a peu soudée avec les épreuves, ma maladie a aussi beaucoup joué là-dessus, nous étions une équipe et riche ou pas, nous le resterions.

Après cette sombre étape de ma vie, j’ai été chanceuse, ma famille aussi, en effet, nous n’avions pas vu la famille de mon père resté en Russie depuis longtemps car nous n’avions pas les moyens d’y aller. Mon père a gagner un jeu et un voyage en Russie, nous avons donc tous les trois remis les pieds sur notre terre natale, nous avons pu revoir notre famille, mon père a revu ses amis, il était très heureux. Je voyais quand même dans ses yeux qu’il m’en voulait d’être tombé malade car c’était ma faute si notre mère était partie et s’il était seul aujourd’hui car sans ça elle serait restée et tout aurait été bien, mon frère était du même avis et moi je leur en voulais en silence de penser ça.

Durant les épreuves je me suis trouvé une passion, l'équitation. J'ai commencé à 5 ans quand j'ai vu la connexion qu'on pouvait avoir avec les animaux. Mon père m'a vite inscrite en club car le médecin pensait que ça pouvait m'aider a retrouver de la vie en moi et a me sortir de cette maladie. L'équitation a été quelque chose qui est devenu ma passion et je suis vite partie sur les compétitions.

Quand j’ai eu 14 ans et mon frère 20, nous avons décidé de trouvé à notre père quelqu’un en l’inscrivant sur un site de rencontre sans qu’il le sache. Ce que nous n’avions pas prévu c’est qu’il avait déjà quelqu’un, nous avons foutu un bordel monstre dans sa vie amoureuse quand sa copine que nous ne connaissions pas l’a retrouvé au restaurant avec celle que l’on lui avait trouvé, elle est partie et c’était encore ma faute … J’ai voulu me racheter en allant revoir celle que mon père aimait en prenant un taxi et j’ai alors réussi a la convaincre que c’était ma faute que c’était moi qui avait insisté pour qu’il vienne au restaurant elle a finit par me croire et est revenue vers mon père. Peu de temps après sa conquête, Fiona s’est installée chez nous dans notre appartement je l’aimais beaucoup c’était une alliée face à deux garçons et elle faisait avec moi des trucs qu’une mère et une fille faisait ensemble normalement. Mon père a retrouvé un job mieux que le précédent et nous sommes redevenus une riche famille de Paris re-déménageant dans les beaux quartiers, j’ai changé d’école pour aller dans du privé très chère. A mes 14 ans j’avais une vie que je trouvais parfaite tandis que Greg quittait la maison, il est parti à Orléans travaillé retrouvant toute son enfance là bas. Il m’a beaucoup manqué mais j’ai fais avec je suis restée seule avec Fiona et mon père qui parlaient de mariage. Quand mon père a voulu épousé Fiona ma mère est miraculeusement réapparue avec de belles paroles et des promesses qu’elle était incapable de tenir … Mon père est retombé dans le panneau, tous comme mon frère alors que je faisais tous pour qu’elle parte. Elle me rendait responsable de son départ en disant que ma maladie la faisait trop souffrir, oubliant que celle qui avait le plus souffert c’était moi. Elle était déjà partie une fois elle recommencerait j’en avais la conviction. Je me suis alors fâchée avec ma famille entière les trouvant contre moi sans cesse. J’ai fais la résistance pour qu’elle parte et que Fiona revienne. « Mais tu vois pas ce qu’elle fait ? T’es aveugle ou quoi ? Papa ! Elle nous a laissé et maintenant qu’on a de nouveau de l’argent elle revient ! T’appelle ça comment ? Le faite qu’elle est été malheureuse parce que j’étais malade n’est pas une excuse ! Elle n’a pas le droit de dire que c’est de ma faute ! Elle était pas la seule a souffrir on a tous souffert de ma maladie toi le premier elle peut pas dire ça tu te rend compte de ce que ça me fait à moi d'entendre ça ? »

Mon père a été tellement énervé qu’il m’a giflé. Je suis sortie de mes gonds et j’ai fugué, ils n’avaient pas le droit de lui pardonné. J’ai pris une chambre d’hôtel sous un faux nom avec la carte de crédit de mon père et j’y ai vécu allant à l’école … Greg a finit par me retrouver comme j’allais toujours a l’école, il m’a attendu devant. « T’es complètement malade ? Non mais tu te rends compte ? Ca fait deux semaines que les parents sont morts d’inquiétude pour toi et moi aussi ! Je suis revenu d'Orléans exprès ! Imagine la tête que les parents ont fait quand ils ont vu que tu ne rentrais pas ! Non mais t’es franchement une putain d’égoïste Lise ! Pense aux autres un peu ! » Il m’a ramené a la maison de force, je n’ai pas eu le choix j’ai été obligé de les supportés tandis que je m’enfermais dans mon monde.
En parallèle de cela, à l’école j’étais appréciée, j’ai eu beaucoup de copains, beaucoup d’amis, j'étais discrète et sympa de ce qu'il fallait je m'étais bien intégrée tout en restant une élève qui excellait partout, je voulais toujours réussir et je n’avais pas a me plaindre de mes amis, ils étaient tous comme moi simples, nous nous entendions tous. Nous avions presque 15 ans et nous sortions beaucoup sans que nos parents le sachent, je passais par ma fenêtre faisant le mur, j’arrivais aux escaliers de secours et descendais facilement en bas. Je passais le plus claire de mon temps dehors ne voulant pas voir mes parents et je trouvais Paris vraiment cool comme ville.

J’ai fais la connaissance de ce gars sur internet, j’avais 14 ans depuis la veille, il en avait 17, Benjamin … Nous avons parlé des heures et il comprenait pourquoi j’en voulais tellement à ma mère à mon père et a mon frère, il m'écoutait et me conseillait … On a parlé pendant des mois et des mois j’étais en troisième. Je lui racontais toute ma vie et il m’écoutait, j’avais des mecs à  coté mais je pensais être amoureuse de lui.  Les conversations ont commencées à se développées au fil du temps et il m’a alors dit qu’il n’avait pas 17 ans qu’il en avait 20, qu’il était désolé mais qu’il ne voulait pas que j’ai peur … Je l’ai cru après des heures d'explications et on a continué a parler jusqu’à ce qu’il me dise qu’il en avait 25, j’étais très énervée contre lui, mais je tenais tellement à lui que je suis revenue quand même parce que j’avais besoin de lui parler à lui et a personne d'autre. Il a finit par me proposer un soir qu’on se retrouve … J’ai fais le mur et je l’ai retrouvé dans un café, ça faisait 4 mois qu’on se parlait et j’étais prête. Quand je l’ai vu débarqué j’ai halluciné en voyant son âge, il avait au moins 40 ans … J’ai voulu au départ partir mais il m’a convaincu de rester et m’a dit qu’il m’aimait. Quand il m’a emmené à l’hôtel je l’ai laisser faire impuissante face à lui … Il m’a ensuite laissé là seule et est reparti … Je ne voulais pas voir la réalité en face sur ce qui s'était produit, j'ai repris une vie normale en essayant de le recontacter mais il ne répondait pas, j'avais l'impression de mourir. Samuel le frère de ma meilleur amie m’a vu avec Ben le soir où je l'ai rencontré, il m’en a parlé le lendemain me demandant qui c’était ce vieux j'ai dit que c'était personne mais il a comprit voyant que je refusais de parler et de lui dire jusqu'où j'étais aller il l'a fait pour moi. Il a prévenu la direction de mon établissement, on m’a fait des prélèvements et on a essayé de m’expliquer les choses mais je ne voulais pas le croire, ils ne comprenaient juste rien pour moi, ils ne voyaient pas ce qu'il y avait entre lui et moi, que l'amour n'avait pas d'âge et que non je n'avais pas été violé. « Tu comprends rien c’est ça ? Benjamin il est amoureux de moi ! Il avait un voyage de prévu c’est pour ça qu’il est plus là ! Il est amoureux de moi et moi aussi papa et j'ai couché avec lui j'étais d'accord ! T’y peux rien ! Tu ne peux rien faire contre nous ! Il m’a dit ... Il m'a dit que j’étais spéciale il comprenait lui au moins quelle famille de cons vous étiez tu vois ? Il comprenait pourquoi ça n'allait pas et je n'avais même pas a me plaindre ! Alors t’as pas le droit de dire ça ! Il m’a pas violé ! T'es injuste toi tu aurais le droit d'être amoureux mais pas moi c'est ça ? Vous êtes tous horribles ! Tous autant que vous êtes tu vois ? Ben viendra me chercher et on partira lui et moi tu verras ! »

J’étais renfermée sur moi, j’en voulais à Samuel de m’avoir trahis alors que c’était mon ami … la police s’est chargée de l’affaire et j’ai nié en bloque tous ce qu’on me disait. Ben a finit par me rappeler mais a comprit qu’il avait été découvert et a rompu tous contact avec moi alors que je coulais simplement de plus l'avoir dans ma vie, j'en hurlais, j'en faisait des crises c'était trop pour moi. Je l’ai mal vécu, j’ai été dans un centre où il y avait des filles apparemment comme moi et je ne supportais plus d’être chez moi avec mes parents qui me regardait et me condamnais par leur regards. Des analyses ont alors montrées que j’étais enceinte, alors que mon père pétait un câble et que mon frère me tournait le dos, ma mère a essayé de faire un pas vers moi que j’ai refusé, qu'est ce qu'elle croyait que ça y est c'était la fête ? Ils voulaient tous que j’avorte mais je n’en étais pas capable, je ne voulais pas, il était la preuve qu’on s’aimait que Ben était encore dans ma vie. J’ai changé de centre, je suis allée au milieu de nulle part en Belgique pour ne pas qu’on me connaisse là bas car les regards des autres me traumatisais. Lorsque Samuel, sa sœur ou n’importe quel ami essayait de me joindre je refusais tous, je ne voulais que Ben à vraie dire, je l'appelais encore en le suppliant de revenir vers moi. Mon frère était avec moi en Belgique, bien qu'il m'en voulait il ne pouvait pas se résoudre a me laisser seule là bas, il avait trouvé un appartement pour que je quitte le centre. Un jour la police est venue me voir avec des photos de filles qui avaient étés violées par Benjamin, ils m’ont demandé si je les connaissais. Ca a fait tilt dans ma tête. J'ai eu tellement mal en voyant les photos de ces filles qui me ressemblaient et dont il avait aussi abuser ... Finalement les gens avaient raisons, il avait abusé de moi, je m’étais faite violée, j’ai essayé de me tuer en voyant ça et suite a l’ingestion de médicaments j’ai perdu le bébé par la même occasion, je n'en voulais plus, j'étais mieux sans ce truc dans le ventre qui me tuait simplement qui me rappelait ce moment d'une façon horrible … Mes rêves se sont détruits. Je ne supportait plus le regard de Greg sur moi je me suis juste effondrée devant lui « Il m'avait dit que j'étais spéciale ... Que j'étais pas comme les autres Greg ... Tu peux pas comprendre que quand je lui parlais j'allais mieux ? C'est trop dure pour toi d'admettre que tu as peut être jouer à ça avec Maman et Papa ? Mais tu sais quoi ? Je vais faire comme elle oui c'est de votre faute ! Vous en êtes coupable autant que moi parce que vous voyiez juste rien ! Je sortais en douce de ma chambre tous les soirs et personne n'a jamais rien vu tu trouves ça normal toi ? Ca l'est pas je te rassure ! Alors arrete ! Arrete de me regarder comme ça Greg on peut pas changer le passé ! J'essaie d'aller de l'avant alors prouve que tu as le cran et avance aussi au lieu de me tuer juste avec ton regard tu vois ? » J’ai été suivi par un psychologue ensuite, j’ai eu un traitement pour pouvoir dormir la nuit et j’ai été en internat permettant à mon frère de repartir, je ne voulais pas qu’il reste enfaite, je voulais être seule, je ne voulais plus de mon père, de mon frère ou encore de ma mère dans ma vie, j’avais l’impression qu’ils me jugeaient, qu'ils me condamnaient, ils m’en voulaient d’avoir accordé ma confiance, d’être tombée amoureuse.
Fiona avec qui j’ai gardé contact est venue me voir là bas, elle, elle ne me jugeait pas, on a parlé, elle était déjà au courant de mon histoire et m’a dit que je n’avais pas a m’en vouloir que ce n’était pas de ma faute que ça pouvait arrivé a n’importe qui et que non je ne l’aimais pas Benjamin … qu’il ne s’appelait même pas Benjamin très certainement et que je devais retourné à Paris où tous le monde m’attendais parce que là bas j’avais beaucoup de monde qui m’aimais … Elle m’a aussi promis d’être là même si elle n’était plus avec mon père, qu’elle lui en voulait a lui mais pas a moi. Elle m’a dit aussi qu’il y avait de grandes chances pour qu’on ne retrouve pas Benjamin mais que je devais vivre et pas le laissé me gâcher la vie. Les paroles de Fiona m'avaient aidé, elles m'avaient rassuré et je me sentais un peu mieux, plus forte en sachant qu'elle était encore là pour moi me rassurait, c'était quelqu'un qui me comprenait simplement.

Je l’ai écouté, et après avoir passé 6 mois loin de tous je suis retournée a Paris et j’ai retrouvé ma vie, je ne parlais toujours plus à mon père, a Greg ou encore à ma mère a part quand j’en avais besoin je voulaient qu'ils comprennent ce que c'était la vie sans moi. J’étais suivi sur Paris et j’ai petit à petit retrouvé une vie et un équilibre normal m’excusant auprès de Samuel qui m'avait vraiment manqué. Je ne voulais pas le perdre c’était mon ami et je savais finalement qu'il avait fait ça pour m'aider. J’ai vite eu d’autres copains, recoucher pour vaincre mes peurs et j’ai rangé Benjamin dans une boite que j’ai brûlé pour avancer, j’ai décidé de passé a autre chose.

Je sortais toujours le soir, passant par la porte d’entrée désormais, je m’en fichais que mon père le sache, je vivais au second, je faisais ma vie ignorant mes parents qui alimentaient gentiment mon compte en banque et remplissaient mon frigo. Ma mère m’a giflé une fois aussi me traitant d’ingrate parce que je lui avais dis que j'avais 16 ans et que au pire son avis ne m'importait pas. Je suis partie dormir chez Fiona lui expliquant la situation, elle m'a accueilli chez elle avec son nouveau compagnon et nous avons parler toute la nuit. Le lendemain elle m'a déposé chez moi en saluant mon père au loin, devant mon père et ma mère j’ai répliqué par rapport à l'altercation de la veille. « Je veux plus jamais que tu m’approche ! T'entends j'espère ? Non seulement tu me tiens pour responsable de ton départ, responsable de m’être faite violée mais en plus tu lève la main sur moi parce que je ne veux pas te parler ? Tu veux que je te dise ? Tu devrais avoir honte de profiter de papa comme ça ! Pile quand il était à nouveau riche t’es revenue pouf c'est la magie ça ou un incroyable timing ! J’ai pas 18 ans, je peux pas m’en allé et je sais ce que je peux pas pour le moment. Alors je veux plus que tu me parles je veux plus être seule avec toi dans une pièce ! On va s'ignorer peut importe si ça te blesse ou n'importe quoi je m'en fiche tu vois ? Tu peux être contente en tous cas, t’as réussi à détruire notre famille, sans toi on aurait été heureux, papa aurait épousé Fiona et elle m’aurait reconnue parce que Fiona au moins elle est géniale et c'est quelqu'un de bien ! Et je ne serais peut être pas allée rencontré Ben parce que j’aurais parlé de mes doutes a quelqu’un d'autre comme elle par exemple ! »
J’ai quitté la pièce. Mon père était désolé du fait que je refuse qu’il soit dans ma vie « Je veux pas parlé avec toi de ma vie papa je t'assure. Et crois moi que dès que j’ai 18 ans, le permis, un travail je m’en vais ! Je m’en fiche si je deviens pauvre parce que tu ne me donne plus d’argent ou n’importe quoi parce qu’être loin de vous trois c’est la meilleure chose de ma vie ! Vous me pourrissez la vie, j'ai beau vous aimé je peux plus supporter ça tu vois ? Vos remarques dès qu'on parle de vieux sur Ben, du fait que j'ai voulu en finir ou encore du fait que j'ai avorté. Je vous déteste, toi maman et Greg ! Tous autant que vous êtes, elle parce qu’elle nous a trahis, et toi et Greg parce que vous n’avez même pas essayé de me comprendre une fois que vous êtes tombé dans le panneau au point que tu te remarie peut être avec. Vous m’avez trahis en l’acceptant de nouveau. C’était moi qui était malade pas elle ! Tu comprends pas ? C'est moi qui vomissait mes tripes, qui portait des perruques ou qui avait tellement mal le matin et qui ne pouvait même plus tenir debout, et je me suis jamais plains de ça tu sais pourquoi ? Parce que je savais que tu souffrais, que Greg souffrait et que oui je n'étais pas seule j'ai pas été égoiste en voulant que tu me passes tous tu vois ? Mais vous vous l'êtes, moi je pensais à vous et vous ? Vous avez pensé a moi ? Vous avez pensé a ce que ça pourrait me faire tous ça ? Jamais et c'est horrible de penser ça tu vois ? Elle n’a pas le droit de s’en servir comme excuse ! Tu souffrais Greg souffrais et moi aussi de vivre ça ! Et en plus vous trouvez le moyen de m’en vouloir de m’être attaché à Ben alors qu’à la maison c’était juste la merde plus qu’autre chose et que j’étais seule. Je ne me sentais pas bien, j'avais besoin de mon père à moi, pas d'un mari excessif et de mon frère pas d'un fils défendant sa mère quoi qu'il arrive, on était une équipe et vous m'avez juste abandonner alors ne dites plus que je suis une égoiste, les égoistes papa, c'est vous. Tu as vu ce que c'était la chimios, tu l'as pas vécu, tu as pas eu ces impressions de mourir et pas de mère pour te consoler ou te dire que ça allait aller. Alors oui, vous m'avez juste abandonner en l'acceptant et en lui donnant trop d'importance. »

Je savais que je faisais du mal à mon père en disant ça …  Mais il m’avait fait mal en premier. Il a craqué et s’est mis a pleurer devant moi un soir me disant qu’il était désolé pour tous. Ses larmes ne changeraient rien je savais déjà que je voulais partir loin. « Arrête de pleurer papa … S’il te plait … Ca n’arrange rien de pleurer et tu peux plus rien faire maintenant. Tu resteras toujours mon père mais voilà, t’as fais ton choix et c’est pas grave. Peut être qu’avec le temps je comprendrais mieux pourquoi tu l’as laissée revenir mais pour l’instant ce n’est pas possible. Et t’en fais pas papa, même sans moi ça iras. Et je t’aime toujours même si je t’en veux. Ce sera juste comme si j'étais plus là tu vois ? Une éternelle absente dans ta vie tu auras mon souvenir et voilà. Il ne faut pas être triste de ça le mal est fait. » Mes paroles peuvent paraître horribles mais elles étaient sincères. Je l’ai ensuite laissé et je suis partie avec des larmes pleins les yeux parce qu’en réalité je m’en voulais de le faire souffrir mais j’étais trop rancunière et fière pour revenir en arrière.

A 16 ans je suis retombée amoureuse … amoureuse de Samuel … Avec l’approbation de sa sœur on est sorti ensemble et j’étais vraiment sincèrement amoureuse de lui … J’affrontais mieux la vie auprès de lui. Je passais peu de temps chez moi, c’était en troisième qu’on s’est embrassé pour la première fois. Il était venu me voir chez moi pour un contrôle et a un moment c'était trop, il m'a embrasser sans crier gare. Il était gentil et là on s’entendait à merveille. J’aimais Samuel plus que ma propre vie … Je me voyais finir mes jours avec. J'étais mieux quand il était là, j'avais moins peur.

Seulement quand on est arrivé en seconde il a commencé a changé, il a arrêté de resté avec Adisson et moi, il nous a laissé nous et nos amis. Au départ j’arrivais a supporté le faite qu’il me parle mal devant ses amis et gentiment quand j’étais chez lui. J’en étais amoureuse alors je supportais ça parce que je savais qu’il m’aimait. Je tenais trop à lui pour le laisser. On s'engueulait de plus en plus souvent, chaque soir je l’attendais dans sa chambre, il rentrait pour me sauter dessus avant de s’endormir. Et ça encore c’était dans les bons jours, je retrouvais toujours des messages bizarres de filles dans son portable, je m’en suis rendue compte une fois quand mon père m’a appelé sur son téléphone pour m’avoir le message s’est ouvert et je me suis rendue compte qu’il en avait peut être d’autres en plus de rentré bourré ou de se défoncé. Il commençait a rater des matchs de basket et que ce soit moi comme sa sœur on était dépassé par lui. « C’est qui Meryl ? Mais répond espèce de crétin ! Tu te l’es faite c’est ça ? Alors écoute Sam, je suis prête a faire beaucoup d’efforts parce que comme une conne je suis amoureuse de toi ! J’accepte que tu me parle mal quand t’es avec tes potes pour que ton machisme ressorte ça encore tu vois je m’en fiche j’y prête pas attention mais par contre voir qu’une Meryl ou Adeline ou n’importe qui t’envoi que tu lui manque avec un cœur de merde ça par contre non ! Tu me dégoute je veux plus te voir vraiment ! Je pensais pas que tu serais capable de nous faire ça tu vois ? Vraiment tous sauf ça, je croyais que tu me respectais et bien non hein. »

Je suis partie précipitamment laissant Adisson avec son frère. Samuel est revenu par lui-même le soir en m’amenant des fleurs chez moi. « Laisse moi parlé Lise s’il te plais. Je suis désolé que t’es trouvé ce message dans mon portable, Meryl c’est ma cousine je t’en ai parlé celle avec qui je suis proche. Je n’aime qu’une fille et c’est toi ! S’il te plait bébé je t’aime tu le sais ! Hein, tu le sais ça ! Allez arrête de faire la gueule j’aime pas quand tu m’en veux ma puce … » Je suis retombée dans ses bras suite a une conversation houleuse, seulement j’étais plus jalouse qu’avant mais je m’entêtais a le croire. Je suis restée avec lui supportant ses soirées, ses défonces, ses messages. Je préférais le croire quand il me disait qu’il ne m’aimait que moi.
Un jour, le drame de ma vie a reprit, j'étais chez lui quand je me suis sentie d'un coup très mal. Je me suis levée et je suis allée dans sa salle de bain où je me suis mise a avoir des nausées atroces et a ne plus tenir debout. Samuel s'est levé et m'a trouvé dans la salle de bain « Bébé ça va pas ? Qu'est ce qu'il se passe réponds moi ? Lise je suis là ! » il a appelé son père qui est arrivé alors que j'étais moitié sonnée « Ca va vous en faites pas, il faut juste que je dorme un peu ...Non Eric appelle pas l'hopital s'il te plais ... » en réalité cela faisait 3 semaines que je me réveillais toujours comme ça, mais je savais tellement pourquoi que je ne voulais pas aller à l'hôpital ... C'était la rechute la leucémie qui revenait je le ressentais au fond de moi. Eric le père de Sam a finit par nous emmener à l'hôpital alors que je me suis faite hospitalisée d'urgence recommençant le traitement dès le départ. C'était un échec pour moi de retombée malade à 16 ans seulement ... Je souffrais physiquement et psychologiquement mais j'ai continué a m'accrocher pour survivre une nouvelle fois. « Ca va je vous assure que ça va ... » je répétais tous le temps cette phrase même si c'était faux, je savais tellement bien mentir là dessus les gens me croyaient tellement. Samuel, mes amis, ils sont tous restés auprès de moi. J'ai finis par vaincre une nouvelle fois la maladie en ressortant plus forte après 3 mois de chimios et autre.

Et j’avais toujours Adisson qui restait fidèle à elle-même. Pour faire comme Sam, suis sortie de mon coté, j’ai été en boite et Samuel me tapait une crise quand il apprenait que j’y étais allée en robe, mais je continuais quand même, pas pour chercher les embrouilles mais parce que j’avais appris d’une fille qu’il avait couché avec une certaine Emma quand il était défoncé, je voulais qu'il voit un peu ce que ça pouvait faire, je suis passée au dessus et j’ai décidé d’arrêter de me prendre la tête. Je voyais bien que je lui manquais pas mais j’étais amoureuse de lui vraiment si bien qu'au final c'était moi qui en souffrait de façon silencieuse. Dès que les gens demandaient comment ça allait Sam et moi je disais sans cesse « Ca va très bien, on est heureux avec Sam et on a déjà fait nos projets pour après le lycée. ». On s’engueulait de plus en plus jusqu’à ce que je stoppe tous n'en pouvais plus. « Tu sais quoi Samuel ? Tu sais quoi ? J’ai jamais eu l’impression de te manquer une seule fois depuis qu’on s’est remit ensemble après l'épisode Meryl, quand j’étais avec toi c’était cool mais quand j’étais pas là t’étais tout aussi heureux ! J’ai jamais eu l’impression de te manqué et je crois qu’à  force, t’as arrêté de me manqué aussi. Alors maintenant c’est bon, Léo m’a dit que tu t’étais fait Emma j’ai voulu te faire ouvrir les yeux pour te montrer ce que ça pouvait faire que de voir quand l’autre s’en fou mais t’as pas été capable de le remarquer alors maintenant c’est bon j’ai assez donné. C'est fini Sam je peux juste plus moi. Je peux pas être ta chose ou celle dont tu te fou c'est moi tous le temps ou rien ... Tu sais ce que j'ai déjà enduré et je suis juste pas capable de recommencer alors oui c'est juste fini maintenant je suis fatiguée de me battre pour nous alors que tu t'en fiche et que tu m’achètes avec des trucs hors de prix. »  Je suis repartie Adisson m’a fait la gueule un moment mais je ne voulais plus être avec Sam, c'était trop dure, j'avais beau l'aimer, je ne pouvais juste plus. Il a essayé de revenir vers moi mais j’avais décidé de profité de ma première après plus d’un an et demi avec lui, on était ensemble depuis la fin de la troisième jusqu’au 12 septembre de première. Je suis passée en S avec Adi et lui est allé en STG car il ne voulait pas travailler et qu'apparemment là bas c'était plus simple, je n'en étais pas du tous convaincu mais bon, ces potes y allaient donc lui aussi. Je l’aimais encore, j’en crevais de le voir avec une autre, je préférais l’évité que de le croisé dans les couloirs, j’aurais tous fait si il était revenu, mais ce n'était pas le cas, je le prenait juste parfois a me regarder ou a se croiser dans les couloirs, on restait silencieux, il n'y avait plus que ça entre nous, de longs regards échangés et le silence. Il avait essayer une fois de revenir vers moi quand j'étais partie vois Adi, j'étais dans la chambre d'Adi alors qu'elle était redescendue en bas Samuel est entré dans la chambre, je l'ai regardé un long moment alors qu'il prenait la parole « Salut Lise tu vas bien ? » je l'avais fixé lui montrant que je ne voulais pas parler et j'ai sorti un magazine de mode alors qu'il s'énervait « Lise répond s'te plais ... Je t'aime Lise et tu me manque ... » J'ai fini par levé les yeux pour dire « J'ai du travaille et pour toi c'est Elise maintenant. Tu peux partir s'te plais ? » il m'a regarder énervé comme jamais, je l'ai vu dans ses yeux que j'avais réussi a le blesser avec un air parfaitement détachée. Il avait continué en venant chez moi avec sa famille et l'une de ses petites amies pour m'emmerder, j'avais voulu faire la malade mais j'avais été forcé a participer au repas et j'ai bien assaisonné son plat histoire qu'il soit vraiment infecte. Entre nous il restait des piques et du silence rien d'autre ... A une soirée aussi on a passé du temps ensemble quand sa copine du moment a commencer a ne pas vouloir que j'aille passé 7 minutes avec lui à l'écart lors du jeu 7 minutes au paradis. Je l'avais embrassé exprès puis après que je me sois battue avec sa copine il est venu vers moi à l'étage et m'a embrasser content de voir qu'il me plaisait encore, il me rendait dingue enfaite mais je savais que la réciproque était exacte.

Le soir où lui et Adi ont organisé une fête le 26 décembre pour fêter Noël chez eux, j’y suis allée pour elle, j’ai mis une belle robe de soirée sexy et je me suis maquillée et autre, a vrai dire mes parents n’avaient rien a me dire d’après moi et je savais qu'il y aurait Samuel, je voulais qu'il voit ce qu'il avait perdu. Je supportais de le voir une soirée entière sans rien dire même si j’ai bien bu pour ne plus penser à lui car il était sans cesse dans ma tête. Il était avec une fille a cette fête, Mélanie quelque chose, une connasse qui était dans sa classe.

Adisson a terminée complètement bourrée, j’ai essayé de la monter quand Samuel est arrivé pour m’aider. Alors qu’Adisson est tombée comme une masse dans son lit je suis sortie et Samuel m’a rattrapé, j’étais contre le mur, obligée de lui répondre alors qu'on avait tous les deux bu « Attends Lise … Ca va toi ? Si tu as besoin tu as ma chambre tu sais … » Je lui ai fais un regard qui se voulait distant avant de dire « Oui ça va t’en fais pas … J’ai mon matelas dans la chambre d’Adi, et même, elle a un grand lit je dormirais a coté d’elle mais merci sinon j'irais avec Léo il a de la place dans sa voiture. Et toi ça va ? » il m’a regarder avec des yeux qui montrait qu’il buvait mes paroles et qu’il était content que je lui reparle un peu d'une vraie conversation. « Oui ça va ça va … Et chez toi avec tes parents ça va comment ? » « C’est comme d’habitude … Mais pourquoi tu me demande ça ? » « Ca m’intéresse … Je m’en fiche pas de toi, tu me manque même … » je l’ai légèrement poussé même si il n’a pas bouger j'ai affiché un léger sourire « Arrête, je te manque pas Sam … T’as une fille différente toutes les semaines j’ai pas le temps de te manqué … » il a soupiré avant de dire « Notre relation était spéciale, elle était épique … Même si il y en a eu d’autres je ne t’aimais que toi … J’étais défoncé et à chaque fois je m’en voulais tu peux me croire … s’te plais Lise … » il m’a pris la mains tandis que je l’enlevais doucement « Quoi Lise ? » Il avait sa main qui me bloquais pour pas que je parte … « Tu me manques chérie … J’ai peut être pleins de copines mais elles ont toutes un défauts … elles sont pas toi … Reviens s’te plais j’ai besoin de toi … » Mon regard était plongé dans le sien, j’ai lâché son bras qui l’empêchais de m’approcher plus. « Sam s’te plais … » je n’ai pas eu le temps de finir ma phrase qu’il m’a coupé « Je te vois tous les jours, tu m’évites Lise, tu m’approche pas, et moi je passe mes journées a cherché ton regard, a espéré te voir ici parce que tu viens voir Ad’ … J’ai besoin de te voir tous le temps … J’ai besoin de toi Lise … Reviens s’te plais ma puce … » Il s’est doucement rapproché de moi jusqu’à m’embrasser, j’ai eu des papillons dans le ventre un instant j’ai tout oublié, je l'avais près de moi et je me sentais d'un coup mieux … Seulement ça n’a pas durer j’ai finis par le faire s’écarter même si au fond j’aurais voulue continuer ...   « Arrête … Tu as bu moi aussi, c’est juste un moment d’égarement … Je suis désolée Sam … Tu devrais, retourné voir Mélanie elle doit te cherché … » il a hoché la tête, blessé je pense « Ouais t’as raison . » il s’est écarté et est parti me laissant dans le couloir au premier étage … J’ai eu envie de pleurer au moment où je l'ai vu partir, je suis descendue et j’ai vidé des bouteilles pour essayé de l’oublié et j'ai discuté avec Léo …

A un moment j’ai eu besoin d’aller vomir dans la salle de bain tellement j’étais saoul, j’y suis arrivée vomissant tous ce que j’avais bu dans les toilettes, heureusement que j’avais toutes mes affaires chez Adi pour me changer et autre. Je me recoiffais tant bien que mal, me remaquillais et faisais en sorte d’être la plus parfaite possible avant de retourné dans la salle, Mélanie elle avait le maquillage de coulé, les cheveux en batailles et n’étais plus du tous jolie, moi j’avais décidé de le restée. Je suis retournée dans la salle alors que j’étais des derniers levés, je suis retournée pour boire encore j’ai bu du whisky, de la Manzanna, avant de vouloir retournée dans la salle de bain me passer de l’eau sur la figure. Je suis tombée dans les escaliers alors que Samuel est arrivé « Bouge pas Lise attends je vais t’aider … Tiens toi à moi. Je vais aller t’allonger un peu ça te feras du bien. Hein t'es complétement ivre. » Je me suis laissée faire, en même temps je n’avais pas le choix même si je grognais, lui il était plus clean que moi en tous cas. « Non j’veux pas … Je veux me remaquiller et retournée danser avec Léo … »Il m’a tenu fermement finissant par me porter pour me monté a l’étage voyant que j'en étais incapable. Il a finit par me poser dans sa chambre, dans son lit et me recouvrir de la couette. Il allait partir quand je lui ai pris la main … « Sam ... Reste … s’il te plais … Tu me manque … Tout à l’heure c’était pas un moment d’égarement … J’ai besoin de toi … » je le regardais les yeux rouges alors que lui répondait « Arrête Lise s’te plais …  » J’ai insisté en me relevant un peu … Je l’ai tiré pour qu’il s’assoit à coté de moi. « Tu m’aimes ? S’il te plais Sam … Dis moi que tu m’aime … Parce que je t’aime aussi … Notre relation était … Epique t’as raison, elle était peut être pas parfaite mais pour moi elle l’était … S’il te plais Sam s’il te plais … Dis moi que tu m’aime … si tu me le dis je suis prête a tout oublier … Je suis prête a revenir avec toi juste si tu me dis que tu m’aime … Tout à l’heure c’était … c’était parfait … » « C’est toi qui est partie Lise, me demande pas ça s’te plais … » « Tu m’aimes ? » « Tu le sais très bien … » Je tenais sa main et la caressais sans trop m’en rendre compte … « Non je le sais pas sinon je te demanderais pas … » il me regardait avec des grands yeux, j’avais beau être complètement faite je comprenais encore son regard mais je voulais qu’il me dise qu’il m’aimait encore. Il a pris la parole avec des yeux pleins de larmes. « Oui je t’aime … et tu me manques bébé … Je suis désolé de tous ce que je t’ai fais, je vois pas ma vie sans toi … » je le regardais avec de grands yeux brillants je lui tenais la main avant de me rapprocher pour lui faire un câlin et le prendre dans mes bras « Reste … » « Non demain tu m’en voudras … » « Non … s’il te plais reste … Je t’aime Sam … Je veux être avec toi vraiment … » Il a finit par cédé et m’a embrassé. On a passé le reste de la nuit ensemble.

Le lendemain matin quand je me suis réveillée dans son lit et que je l’ai vu à coté de moi je me suis rappelée d’hier soir … Je me suis levée pour me remaquillée histoire de paraitre bien au réveil, quand on était ensemble je le faisais toujours, je me levais toujours avant, me maquillais, me coiffais, me lavais même et retournais coucher. Je suis retournée auprès de lui laissant son bras m’entourer alors qu’il dormait et je suis restée là, je suis restée a attendre qu’il se réveille comatant un peu en même temps … Il a finit par se réveiller, il m’a vu et j’ai senti qu’il était mal à l’aise … Je me suis retournée et je l’ai regardé avec de grands yeux tandis qu’il m’a dit « Salut … » il avait l’aire gêné, je l’étais aussi … « Salut … » « Ecoute je suis désolé pour hier soir … te fâche pas Lise … J’ai perdu le contrôle et ... » avant qu’il ne termine sa phrase je l’ai embrassé avant de dire … « Arrête de t’excuser … » il ne comprenait pas « Qu’est ce que ... ? » « T’étais sincère hier soir quand tu m’as dis que tu m’aimais, que je te manquais vraiment ? » « Oui … » « Alors soit pas désolé … » je lui ai murmurer un je t’aime avant de l’embrasser … Nous deux c’était reparti et j’espérais que ce soit pour longtemps. Je l’aimais tellement … On a assumé notre relation, il a laisser les autres filles et moi j'ai laissé les autres garçons avec qui je flirtais pour l'énerver

Le nouvel an est arrivé et j’étais invitée a une soirée, lui a une autre, j’ai décidé de lui faire confiance et je suis partie avec Adisson qui était heureuse pour nous à notre soirée. On s’amusait bien, j’avais un peu bu et j’étais énervée contre Samuel qui ne répondait déjà plus quand je lui parlais … Eric est venu et a emmené Adisson alors que je ne l’ai pas vu partir. Eric est le meilleur ami de mon père depuis toujours. D’ailleurs mon père n’a pas tardé à venir me chercher. Il est arrivé devant moi et je l’ai regardé avec un verre à la main « Qu’est ce que tu fais là ? Je suis à une soirée là je te signal. » « Il faut que tu viennes avec moi. » « Pourquoi ça ? Rien ne m’y oblige. Maintenant tu viens à mes soirées non mais franchement t’as rien de mieux à faire ? Je croyais que toi maman Eric et Madisson vous alliez au restaurant. » « C’est Samuel, Elise il faut que tu vienne … » « Qu’est ce qu’il a Samuel ? » il ne répondait pas « Qu’est ce qu’il a ? » J’ai paniqué et pris mes affaires lâchant mon verre par terre. Mon père m’a emmené à l’hôpital tandis que je décuvais doucement dans la voiture.

Je paniquais déjà, qu’est ce qu’il avait Samuel ? J’ai essayé de l’appelé et personne ne m’a répondu … Attendre était insoutenable … Mon père s’est arrêté et m’a dit de resté dans la voiture un temps qu’il revenait. Il est parti dans l’hôpital et deux minutes après j’y allais … J’étais dans l’entrée seule attendant que mon père revienne … Je ressayais d’appelé Samuel le suppliant de répondre … J’ai avancé dans une direction aléatoire cherchant mon père … J’ai finis par arrivé devant une chambre au premier où une infirmière était … la porte était ouverte et je l’ai vu là dans la chambre … J’ai posé une main sur ma bouche pour ne pas hurler j’ai eu envie de pleuré … j’avançais en disant « Samuel … Samuel … Qu’est ce qu’il a ? Pourquoi il bouge pas ? S’il vous plaît c’est mon petit copain … J’ai perdu mon père dans l’hôpital … Pourquoi il bouge pas ? » Je la regardais paniquée avant qu’elle ne me dise « Je suis désolé mademoiselle … Il a fait overdose et nous n’avons rien pu faire … Il ne se réveillera pas … » Je me suis approché du lit complètement sous le choc avant de dire « Vous mentez ! C’est pas vrai ! » Je me suis tournée vers Samuel j’ai pris sa main et je l’ai regardé « Chéri … s’il te plais réveil toi c’est moi … s’il te plais Sam … Je t’aime prouve leur qu’ils ont tords ! S’il te plaît Sam ! S’il te plaît, t’as pas le droit de me laisser réveille toi ! S’il te plaît bébé s’il te plaît tu peux pas nous faire ça … » je lui tenais la main tandis que l’infirmière était sortie je me suis allongée a coté de lui pleurant et le suppliant de revenir … Ils ne pouvaient pas avoir raison … Mon père est revenu avec l’infirmière et a essayé de faire que je me lève « Non lâche moi il va se réveillé ! Je veux rester auprès de lui ! Papa lâche moi ! Je veux rester auprès de lui il va se réveiller papa ! S’il te plait Sam réveil toi ! Sam! Sam! Je t’aime Sam … Réveil toi mon amour … Il va se réveillé ! Laissez lui du temps il va se réveillé je vous assure ! Sam ! Sam ! » Mon père m’a soulevé et porté jusqu’à l’extérieur de la chambre avant de me tenir alors que je répétais qu’il allait se réveillé « Je suis désolé ma puce … Calme toi … Respire ma chérie regarde moi s'il te plais ... Respire Elise » j’étais tellement paniquée que j’ai arrêté de respiré, j’ai fais une crise d’angoisse et j’ai arrêter de respiré, l’alcool et le stresse ensemble étaient très mauvais pour moi. Ils ont finis par me faire ingérer un médicament qui m’a aidé a respiré tandis que j’appelais encore Sam il ne pouvait pas être parti. Quand j’ai finis par arrêté de pleuré je suis descendue en bas comme mon père me l’a dit et j’ai retrouvé Adisson … Je l’ai prise dans mes bras essayant de pas pleuré lui répétant « Ca va aller ma chérie je t’assure que ça va aller … » je suis restée là tout un temps jusqu’à ce que mon père pense qu’il fallait les laissés en famille. Ma mère était déjà rentrée et il a finit par me ramené alors que je m’étais allongée sur la plage arrière essayant de ne pas pleuré. Mon père m’a porté jusqu’à mon lit et m’a couché, il est resté près de moi tandis que je trouvais encore la force de pleuré … A ce moment précis je ne lui en voulais plus du tous … j’avais besoin qu’il soit là …

Les jours qui ont suivi ont été terribles … J’ai été a son enterrement avec tous les autres de la classe, avec mon frère, mon père, les amis de mon frère … J’ai du faire des efforts surhumains pour aidé Adisson à s’en sortir, je me suis installée chez elle. J’étais sous médicaments et j’arrivais a me contenir comme je le pouvais … Je faisais mangé Adisson, je l’aidais a tous faire et j’ai arrêté d’aller en cours pour l’aidé elle avait besoin que je sois là et moi je n’avais pas le droit de pleuré, je n’étais pas sa sœur jumelle, il était ma moitié, celui qui me correspondait vraiment mais je n’avais pas le droit de flanché pour Adisson. Je ne réalisais pas vraiment qu’il n’était plus là … Adisson restait dans sa chambre et pleurait tous les soirs, moi j’aidais ses parents comme je pouvais en les relayants pour qu’ils dorment.

Un soir je suis rentrée dans la chambre de Samuel … Elle était exactement comme il l’avait laissé avec un cadre de lui et Adisson d’un coté de son lui et un de lui et moi de l’autre … De voir toutes ses affaires encore là, qui n’avaient pas bougés un mois après sa mort ça m’a fait comprendre qu’il était vraiment parti … J’ai pris un t-shirt par terre qui avait son odeur et je suis tombée sur son lit en pleurant sa perte … Je savais que je ne serais pas heureuse sans lui … Je regardais tout autour de moi … Tous me faisais mal … Je serrais le t-shirt dans mes mains sentant son odeur comme je le pouvais … Eric est alors entré dans la chambre et est venu auprès de moi « Il t’aimais vraiment Elise ça je peux te l’assuré … » « Il me manque tellement Eric si tu savais … J’arrive même pas a réalisé … Je l’aime tellement … » « Je sais … Viens là … » Il m’a serré dans ses bras pendant que moi je m’effondrais en larmes … Les parents d’Adisson avaient déjà en quelque sorte fait leur deuil … J’en étais loin tous comme Adisson.

Quand nous sommes retournées au lycée j’ai essayé de reprendre la danse, même si j’avais mal je savais que je continuerais a vivre … J’étais en cours en cherchant Adisson ne la trouvant pas quand j’ai été appelé par le coach de basket … Il m’a fait monté dans l’ambulance ou j’ai trouvé Adisson allongée et inconsciente, j’ai compris qu’elle avait voulu se tuer … J’étais dévastée et je lui ai demandé de resté avec moi … Elle pouvait pas me faire ça, pas elle aussi … J’ai eu tellement peur, le coach de Sam était lui aussi dans l’ambulance, il m’a réconforté le temps qu’Eric et mes parents arrivent … Quand elle s’est réveillé j’étais tellement soulagée mais je n’ai pas pu allé la voir … J’avais dus rentrée chez moi .. J’étais avec mon père alors que je m’effondrais encore en larmes … Mon père m’a réconforté tandis que ma mère restait loin, elle savait que je ne tenais pas a ce qu’elle soit près de moi … « J’ai tellement mal papa … Dis moi qu’avec le temps ça iras je t’en supplie … Je l’aime tellement Samuel … Et j’aime tellement Adisson … Je t’en supplie papa … Aide moi … » il m’a alors dis que oui avec le temps j’irais mieux … Et il m’a dit qu’il serait là … Greg qui venait tous les week end à cause de moi essayait de m’aider a aller mieux … Il m’a emmené au magasin une fois et je me suis effondrée en larmes au milieu du magasin quand j’ai testé le parfum que mettais Samuel … J’ai insisté pour qu’il l’achète et après des minutes a pleuré il a finit par céder à mon caprice … Je vaporisais le parfum sur un t-shirt et je dormais avec … Je ne voyais pas beaucoup Adisson a l’hôpital. Mon année a été catastrophique … A chaque contrôle je ne savais rien, je m’endormais en cours parce que je n’avais pas dormi la nuit je ne voulais pas parler. J’ai tous de même été convoquée chez le directeur. « Vous vouliez me voir ? Monsieur? » Je suis entrée et mon père était là aussi « Oui asseyez vous mademoiselle Newman, vos professeurs sont très inquiets pour vous, vous endormez en cours, vous ne rendez pas les devoirs … Vous savez que ce comportement n’est pas acceptable ? L’équipe enseignante a suggérer que nous vous gardions étant donné que nous savons tous la passe difficile que vous vivez … » « Comment vous pouvez le savoir ? Ma meilleure amie est à l’hôpital parce qu’elle supporte pas le décès de son frère qui était mon petit copain et moi je me retrouve seule alors que je dors pas la nuit parce que je me sens pas bien et que je n’attends que ça qu’il revienne pour que tous s’arrange … J’essaie d’aller mieux mais j’y arrive pas parce que je l’aime Samuel vous voyez ? Vous pouvez pas comprendre ! C’est lui qui a découvert que Benjamin m’avais violé c’est lui qui a toujours été là même si je l’ai détesté du plus profond de mon être. Ca a toujours été lui et là il est plus là et vous attendez quoi ? Que j’aille bien et que je l’oublie ? Ca ne marche pas comme ça. Et si je le pouvais j’irais mieux seulement j’y arrive pas ! Vous pouvez pas comprendre ! » j’ai pleuré en répétant qu’ils ne pouvaient pas.

J’ai été voir un psy et avec le temps j’ai été forcé de faire mon deuil … Mon établissement a accepté de me garder et j’ai redoublé avec Adisson. J’ai commencé les médicaments et je ne les ais jamais arrêtés j’en suis devenue dépendante, sans je ne savais pas comment je ferais. Mais j’allais déjà un peu mieux.

J’ai doublé ma première et j’ai continué à être sous médicaments parce que ça m’aidais plus que d’aller voir un psychologue. J’ai arrêté d’en vouloir à mon père et à Greg. J’ai finis par accepté le fait que petite j’ai été malade, que je suis tombée sous la coupe d’un pervers mais pas que Samuel ne reviendrait pas … Je savais qu’un jour où l’autre je le retrouverais … J’ai gardé toutes les photos de lui dans une caisse sous mon lit pour que personne ne les trouves, j’ai gardé le parfum que j’avais acheté … son parfum … Il reviendrait j’en étais sûre et moi je l’attendrait … Mes parents m’ont forcés a arrêté les médicaments pendant les vacances, j’ai accepté qu’il n’était plus là pour le moment mais je savais que je retrouverais car il était le seul. Je suis passée en Terminale enfin, j’allais avoir le bac, et j’allais pouvoir faire ce que je voulais faire … Je continuais la danse, ce sport me calmais … J’ai eu d’autres copains comme ça mais je ne les ai jamais vraiment aimé, je voulais juste essayé de passer a autre chose … Je faisais désormais des dons à la recherche avec mon argent de poche, des dons pour la recherche contre le cancer, et j’allais témoigner pour une association expliquant les dangers d’internet et mon histoire … J’étais sûre que Samuel reviendrait tôt ou tard et ça me réconfortais. Mais je savais que je devais continué ma vie et essayé d'être heureuse.

J'ai aujourd'hui décidé de changer d'air. Je suis venue m'installer à Buenos Aires pour suivre Adisson Force et m'éloigner de la France et mes souvenirs douloureux. J'en profite pour y faire ma première année de Faculté de Médecine et un stage à Buenos Aires. Je ne supporte plus mes parents et mon frère vit au Brésil désormais ce qui est déjà moins loin.

Le Petit + :
Chez elle, elle ne parle que Ukrainien ses parents voulant l'élever dans les traditions de leurs alleux. Elise intervient dans une association qui préviens des dangers d'internet pour lui raconté son histoire. Ses plus grandes peurs sont d'être seule et de retombée malade. Elle a plusieurs rêves comme être médecin pour soigner les autres, que Samuel revienne et que son violeur soit arrêter et jugé pour ses crimes. Elise fume en soirées et est devenue plus raisonnable, elle ne bois pas une goute quand elle conduit et garde des rapports tendus avec sa famille, surtout avec Julia sa mère, son père Anton et son frère Grégory sont très exigeant avec elle et la pousse a toujours mieux faire surtout en équitation et concours de beauté. Elle a d'ailleurs horreur qu'ils la surveillent sans cesse. Les amis de son frère sont eux aussi très présents pour elle parfois trop à son gout. Elle a décidé de continuer à vivre même si le manque de Samuel persiste. Elle continue l'équitation même si pour le moment elle a arrêté la compétition et surtout le saut d'obstacle. Elle veut devenir médecin pour soigner les maladie et veut aider les autres en restant elle. Elle se donne toujours à fond parfois trop même.

Caractère ; Alors ? Ange ou démon ?




Elise est une jeune femme ambitieuse avec des rêves pleins la tête. Elle est quelqu’un d’entier, libre et extravertie. Discrète sur sa vie et ses problèmes elle préfère sourire aux autres sachant que ça ferait toujours plaisir a ceux qui l’aiment et que ca saoulerais les autres. Elle a un humour assez simple et aime les choses simples de la vie. C’est une éternelle fêtarde qui profite de sa vie comme si elle allait mourir demain. Elle se respecte pourtant et ne cède pas facilement aux avances. Elle aime plaire, être regardée et est pétillante. Elle bouge sans cesse ne s’arrêtant jamais. Elle reste quelqu’un de très droit avec des principes ne supportant pas se plaindre ou que d’autres le fassent. Elle est rancunière et le fait payer aux autres. Elle ne supporte pas qu’on se fiche d’elle et entre parfois dans des colères noires. Bien que sa famille ne lui soit pas d’un soutient exemplaire elle leur reste incroyablement fidèle. Elle aime beaucoup la mode et prendre soin d’elle. Elle n’aime pas perdre et peut parfois devenir calculatrice et manipulatrice quand il s’agit de se débarrasser d’un obstacle. Dotée d’un caractère fort et d’un répondant elle ne se laisse pas marcher dessus. La jolie brune est très carrée et aime quand ça se passe comme elle le veut, elle monte vite dans les tours pour des expressions parfois banales. Elise reste une fille très impliquée au service des autres étant membre très active d’une association prévenant les dangers d’internet et le cancer. Lorsqu’elle suit une cause elle peut s’en épuiser donnant tous ce qu’elle avait. C’est une jeune fille sure d’elle qui a réussi à faire face à ses démons du passé qui l’ont bouffé. Elle n’en oublie pourtant rien et vit avec les hauts et les bas de la vie ne se laissant pas démonter. Elise reste une fille, maniaque, un peu superficielle, charmeuse et jalouse. Elle aime quand les gens font tous pour vivre comme ils sont et non se donner un rôle. Elle parait parfois comme une tornade mais n'est pas du style a se donner un genre, elle reste elle même et entière.

Et physiquement ça donne quoi ?




Elise es une grande brune foncée avec une peau très claire. Elle marque très vite au soleil cela a d'ailleurs souvent tendance a l'énervée. Elle ne porte ni lunette ni lentille. Elle n'a aucun tatouage ou piercing pour le moment. Elle a une silhouette fine qu'elle entretiens régulièrement. Elle met beaucoup en valeur ses lèvres et son visage en générale en se maquillant, elle passe beaucoup de temps a se préparer réfléchissant a chacune de ses mèches de cheveux. Elle aime changé de couleur de cheveux et fait des mèches parfois ou les coupes plus ou moins cours. Elle a un look jeune et à la mode suivant les dernières créations de très près. Elle fait jeune fille sage et gentille quand on la voit. Elle n'est pas très grande faisant 1m70 et peut très bien mettre des talons hauts sans mal comme des baskets.

Et ensuite ?




Écrire ici un mot pour finir en beauté. Ou un paragraphe sur vous, en réalité. Dites nous si vous êtes cupcake ou gaufre ? Si vous préféré Dora ou Baboush ? Si vous portez des chaussettes rouges ou noires ? Toutes les fantaisies sont autorisée ! Ou même montre nous ce dont tu es capable en nous exposant un de tes rp ? Ou même rien ;D
Spoiler:
 

Codage by made ©Maelou.




Dernière édition par Elise J. Newman le Lun 1 Juil - 21:55, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Miss. Buenos Aires

avatar

▬ Messages : 107
▬ Age : 23
▬ Mot du jour : Règne.
▬ Humeur : Happy !


;Tu personaje.
▬ Fiche relation:
▬ Métier/Etude:
▬ Phrase du jour :

MessageSam 9 Mar - 5:43

Bienvenu sur le forum :)




Compte fondateur, administré par Léa, Maëline et Oriane
Revenir en haut Aller en bas
http://lart-des-potins.forums-actifs.com
Elise J. Newman

avatar

▬ Messages : 16
▬ Age : 23


;Tu personaje.
▬ Fiche relation:
▬ Métier/Etude: Etudes de médecine
▬ Phrase du jour : Tu sais jamais à quel point tu es fort, jusqu'au jour où être fort est ta seule option.

MessageSam 9 Mar - 15:25

Merci j'ai finis :)
Revenir en haut Aller en bas
Miss. Buenos Aires

avatar

▬ Messages : 107
▬ Age : 23
▬ Mot du jour : Règne.
▬ Humeur : Happy !


;Tu personaje.
▬ Fiche relation:
▬ Métier/Etude:
▬ Phrase du jour :

MessageSam 9 Mar - 15:31

je te dis bienvenu sur l'art des potins Elise Julie Newman ! et je te valide ! (:
Tu peux dès a présent rp, faire ta fiche de lien, de topic, faire ta demande de logement et je vais t'ajouter au groupe immédiatement !

Bon jeu ! :)
Le staff ! :) <3




Compte fondateur, administré par Léa, Maëline et Oriane
Revenir en haut Aller en bas
http://lart-des-potins.forums-actifs.com
Contenu sponsorisé




Message

Revenir en haut Aller en bas
 

Elise Julie Newman « J'ai jamais eu l'impression de te manquer et je crois qu'à force, t'as arrêté de me manquer aussi »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

+
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'art des potins ; Là où propager des rumeurs est un art à part entière :: Faisons tomber les masques. :: Dévoile nous tes petits secrets ... :: Fiches validées-
Sauter vers: